Dion Le Val

Dion-le-Val – Bayarmont – Biez – Hèze – Inchebroux – Bonlez – Dion-le-Val – Wavre – Dion-le-Val. 21,5 km. L’itinéraire peut être réduit à 15,6 km en l’amputant de la seconde boucle.

En savoir plus

IDR

Idée rando

 

Randonnée en Brabant wallon

 

Dion-le-Val – Bayarmont – Biez – Hèze – Inchebroux – Bonlez – Dion-le-Val – Wavre – Dion-le-Val. 21,5 km. L’itinéraire peut être réduit à 15,6 km en l’amputant de la seconde boucle.

 

Cet itinéraire a été conçu par notre ami Alain Schoboboda, ancien délégué régional Bruxelles – Brabant wallon, à l’occasion du week-end de rencontre des SGR en 2012. Il a l’originalité de se dérouler en dehors de tout sentier GR. Çà et là, il croise tout au plus l’une ou l’autre balise locale et fort brièvement, le balisage rouge et bleu du Tour du Brabant wallon[1]. Non loin de la capitale et à deux pas de l’agglomération de Wavre, vous parcourrez une région très verte, où les chemins et les sentiers sont étonnamment préservés. Vous sillonnerez ainsi les ondulations champêtres et les sous-bois, découvrant tout le charme de ces paysages brabançons. 

 

Départ : place Communale de Dion-le-Val. Stationnement aisé à proximité de l’église (Michelin 534 Belgique Sud – pli M/N 18).

 

L'église Saint-Martin de Dion-le-Val date de 1837 et a été magnifiquement restaurée récemment. Une superbe croix franciscaine en mosaïque orne le porche. À l’intérieur, beaux vitraux modernes, d’une belle sobriété. Le cimetière abrite plusieurs pierres tombales remarquables, dont celles de la famille du marquis de Dion, créateur de l'automobile de Dion-Bouton.

L'église, le cimetière, le presbytère de 1773 et ses dépendances, les bâtiments de la vieille ferme et la place de Dion-le-Val forment un ensemble classé exceptionnel. Un petit monument garde la mémoire d’Albert de Dion, « pionnier de l’automobile ».

 

Accès : via l’A4 – E411, prendre la sortie 8 vers la N25. La quitter très rapidement vers la N243 en direction de Gistoux. Virer à gauche vers Dion-le-Val, tout proche.

Si vous privilégiez les transports en commun, notez que le Rapidobus 6 (Hamme-Mille - Louvain-la-Neuve), qui dessert l’arrêt « Place Communale », ne circule pas les samedis et dimanches. Une alternative est la gare de Basse-Wavre, située à 1,4 kilomètre de ce parcours, sur la ligne 139 Ottignies - Louvain (Leuven). En semaine, deux trains par heure s’y arrêtent, dans les deux sens mais, le week-end, leur fréquence se réduit à un par heure.

En sortant de la gare du côté du quai n° 1, prendre la rue du Tilleul et, à un petit rond-point, dévier légèrement à droite, le long du terrain de football. Franchir la Dyle, traverser la N268 et enfiler l’avenue Saint-Job. Laisser à droite l’avenue du Belloy, puis emprunter l’avenue Bruyère Saint-Job, à l’horizontale. 400 mètres plus loin, lorsque la route oblique à droite, poursuivre tout droit en bordure du bois, pendant 250 mètres encore, jusqu’au point-repère (6). Y continuer tout droit.

 

Itinéraire :

 

0 km     Place Communale de Dion-le-Val     (D/A)

 

Sortant virtuellement de l’église, empruntez, vers la gauche, la rue du Sartau (le toponyme rappelle un endroit défriché – le Sart – au moyen âge). Très vite, virez à main gauche dans une ruelle pavée dédiée au capitaine Joseph Delvaux, tué à Dixmude au cours de la Première Guerre mondiale. Quelque 200 mètres plus loin, coude à droite dans un chemin d’abord asphalté, qui se révèle être le Vieux chemin de Wavre. Désormais empierré, il dépasse les dernières habitations et s’élève entre des talus et pénètre dans la partie sud du bois de Bercuit.

Vers le sommet de la grimpette, bifurquez vers la droite. Le chemin forestier s’abaisse pour traverser un creux, puis il s’élève doucement, dépassant quelques fondrières. En contrebas d’une bâtisse imposante, il s’incurve vers la gauche et s’élève au long d’une clôture. Au sommet, le sentier se prolonge entre une succession de propriétés cossues, à gauche, et une belle futaie. Il aboutit à une chicane, qui accède à une petite route perpendiculaire.

Suivez-la vers la droite. Après 200 mètres environ, quand la rue s’incurve à gauche, continuez droit devant dans un chemin interdit aux motos. Il longe une palissade, que vous côtoyez toujours en bifurquant bien vite à gauche au premier embranchement. Le sentier court entre les haies et la futaie. Il s’incurve à gauche et débouche sur un chemin d’accès à des propriétés.

 

Idrando-01 : La sente file à travers champs.

 

Coupez-le et poursuivez droit devant vous. Le sentier traverse un bois, puis débouche en lisière. Vous cheminez alors en bordure de propriétés, au versant d’un vallon champêtre. Le sentier bucolique aboutit à un T. Descendez la sente vers la droite, puis virez rapidement à gauche, à travers champs. La sente se prolonge sur un chemin, qui joint une petite route, non loin du hameau de Morsain(t).

Empruntez-la vers la droite. Le chemin pavé, typiquement brabançon, s’élève entre des talus arborés. Il se vêt d’asphalte et gagne le hameau de Bayarmont. À la hauteur d’une ferme (à main droite) et sans atteindre le béton, virez à gauche dans la colline des Sources.

Une dizaine de mètres plus loin, quittez la route et, droit devant vous, enfilez un sentier herbeux (sentier de Bayarmont), qui ne tarde pas à dévaler le coteau entre haies et bosquets. À son terme, un escalier dégringole sur la route à l’entrée de Grez-Doiceau. Suivez-la brièvement vers la gauche. Peu après l’arrêt TEC « Étangs », quittez la route et, à main droite, enfilez le sentier herbeux qui file entre les prairies. Il vous mène vers la rive du Train ; vous en côtoyez ainsi les sinuosités jusqu’à déboucher sur une route transversale à proximité du pont sur le Train (banc), à proximité de Biez.

 

4,7 km     Pont sur le Train – Biez      (1)

 

Le Train est un ruisseau, affluent de la Dyle, donc sous-affluent de l'Escaut par le Rupel. Prenant sa source près de Corroy-le-Grand, il traverse les villages de Gistoux (Chaumont-Gistoux), BonlezGrez-Doiceau et Archennes, où il se jette dans la Dyle.

Traversez le pont sur le Train, puis virez vers la droite. Négligez le chemin de la Planterie à main gauche, puis la rue de Royenne, à main droite. Mais après 200 mètres environ, bifurquez vers la gauche et engagez-vous sur le chemin du Ry de Hèze. Cette voie prend vite une allure rustique. Vous ne tardez pas à quitter les habitations et vous cheminez alors entre le ri de Hèze et le coteau champêtre.

À proximité d’une grosse bâtisse isolée, l’empierré marque un coude à gauche pour franchir le ri de Hèze. Au-delà du ponceau et face à un oratoire (N.-D. des Victoires), le chemin pavé s’incurve à droite ; il saute une bosse, puis s’abaisse doucement, pénétrant sur le territoire de Hèze (Grez-Doiceau). Continuez droit devant dans la rue du Résidal. Elle mène à un carrefour : virez à droite pour franchir le ri de Hèze et emprunter la rue de la Ferme du Grand-Sart. Elle s’élève dans la campagne, pavée, bétonnée, avant d’être relayée par un empierré plus rustique.

Progressivement, le paysage s’ouvre largement à l’ouest et au nord.

Sur la croupe du coteau, vous coupez un croisement voisin de vastes hangars, dépendances sans doute de la ferme du Grand-Sart, dont vous apercevez le clocheton, à main droite, à la lisière d’un bois.    

La ferme du Grand-Sart, qui date du 18e siècle, est une ferme brabançonne typique. 

Poursuivez tout droit, escorté de hêtres majestueux et, 200 mètres plus loin, vous atteignez un T, au coin d’un bosquet.

 

2,6 km     T au coin d’un bosquet     (2)

 

Virez vers la gauche, puis à droite à l’embranchement proche ; vous descendez ainsi à la lisière du bois de Glabais, dans lequel vous ne tardez pas à pénétrer. Le sentier sablonneux s’abaisse jusqu’à un croisement. Quart de tour à droite et, une cinquantaine de mètres plus loin, bifurquez à gauche. Vous traversez ainsi le vallon du ruisseau de Glabais, site charmant semé de quelques étangs dans le voisinage d’une bâtisse de briques roses.

Une sorte de chicane accède à un chemin : par un bref « droite-gauche », empruntez l’empierré qui s’élève à la lisière du bois de Bonlez. Il aboutit à un carrefour, où vous continuez vers la gauche. Belle allée forestière, qui dépasse, à main gauche, deux accès privés. Au-delà d’une clairière, vous ne tardez pas à franchir un croisement asphalté pour continuer droit devant, toujours dans le bois de Bonlez.

Au bas d’une descente sablonneuse, virez sèchement vers la droite le long d’une clôture de fils barbelés. Le chemin atteint bientôt les premières habitations de Bonlez et s’y prolonge par une petite route. Attention ! Entre les maisons nº 6 et 4 (à gauche), quittez la route et enfilez un beau chemin herbeux, le sentier du Champ des Goffes, bordé de haies vives. Au-delà d’une vaste propriété, il se rétrécit en un sentier, qui va traverser un petit bois, où il saute une bosse.

Le chemin du Champ des Goffes côtoie les premières maisons d’Inchebroux (quartier de Chaumont-Gistoux), puis atteint un T. Descendez vers la droite, puis bifurquez encore à main droite. Quittez très vite la rue Inchebroux vers la droite : en face de la maison n° 84, engagez-vous sur un empierré, puis enfilez le sentier du Pont de Haute-Bonlez, qui file entre les clôtures. Il va marquer un coude à gauche, puis à droite. Dès lors, vous cheminez sur la rive droite du Train. Tronçon très bucolique, qui débouche au cœur de Bonlez, à côté du pont.

 

 

  

4,2 km     Bonlez     (3)

 

Bonlez est bâti dans les vallées du Train et du Glabais. Anciennement agricole, ce village est surtout devenu résidentiel.

Construite en briques et pierres blanches de Gobertange, l'église Sainte-Catherine, entourée du cimetière, est une harmonieuse construction de style classique avec tour carrée (1771). L'intérieur a conservé son orgue d'origine et possède des statues des 15e, 16e et 17e siècles. Il s'est enrichi récemment de vitraux et d'un chemin de croix dû au céramiste Max Vanderlinden. En face, la cure est une belle demeure de style Louis XV.

En aval sur la rive du Train, le château (privé), construit en briques et grès, et flanqué de quatre tours, remonte au 13e siècle. Son allure actuelle date du 17e siècle. Un parc de 40 hectares fut aménagé en réserve naturelle.

Traversez le pont, puis virez aussitôt à droite sur le sentier de la Glacière, qui longe la rive gauche du Train. Il franchit quelques passages humides, puis bute sur une propriété privée. Remontez brièvement vers la gauche. Attention ! Après, une cinquantaine de mètres à peine, quittez le sentier par une sorte d’échalier qui accède à une prairie. Traversez-la en direction d’un second échalier. Passé un bosquet, un troisième échalier donne accès à une nouvelle prairie, quittée par un dernier échalier. Le sentier sort bientôt du couvert et continue en contrebas de la route. Négligez donc, à gauche, un escalier, puis un accès à la route. Vous finissez par déboucher sur un chemin gravillonné voisin d’une ferme. Coude à gauche pour atteindre aussitôt la route et en suivre l’accotement vers la droite.   

À l’entrée du château de Bonlez (réserve naturelle), traversez la route (passage protégé) et montez le béton de Bas-Bonlez (anciennement drève du Balcon). Au cours de la grimpée, le béton fait place à un empierré, qui se rétrécit lui-même en un sentier champêtre. Il débouche sur une petite route, que vous empruntez vers la gauche. Le béton mène à l’entrée de Fontenelle (Bonlez)  

 

2 km     Fontenelle     (4)

 

Bifurquez à droite dans l’avenue (sic) des Mésanges et trente mètres plus loin, virez encore à droite sur un chemin champêtre. Il traverse la campagne et mène vers l’extrémité sud du bois de Bercuit. Dès la lisière, empruntez, à gauche donc, un chemin forestier. Il descend en sinuant. Au bas de la descente, négligez un sentier à main gauche. Votre chemin s’incurve vers la droite et va traverser une zone humide, où il se ramifie en diverses branches, qui finissent par converger. Le chemin s’infléchit alors à gauche et débouche en lisière en vue de Dion-le-Val.

Optez pour la branche gauche d’un Y, bordée des barrières de bois d’un centre équestre. Le chemin sablonneux s’incurve vers la droite, dépasse une ondulation de terrain et s’incline vers Dion-le-Val. Le sentier du Bois des Goths finit par joindre une petite route transversale ; vers la droite, elle mène à la place Communale de Dion-le-Val.

 

2,1 km     Place Communale de Dion-le-Val (D/A)

 

Pour enchaîner la seconde boucle, traversez la chaussée et, par un « gauche-droite », enjambant le ruisseau du Pisselet, dirigez-vous vers la salle des fêtes. Empruntez la première rue à gauche, qui côtoie ladite salle des fêtes. À son terme, continuez vers la droite. Négligez la bifurcation à main droite et, droit devant, engagez-vous sur l’Ancien chemin de Nivelles. Cette voie rustique s’élève entre des talus et entame une agréable traversée champêtre, assez rectiligne.

Elle finit par dépasser un croisement pour s’engager sous le couvert du bois des Neulettes. Vous ne tardez pas à atteindre le site d’un carrefour encadré de deux chapelles voisines, de tailles bien différentes. (Bancs, poubelles).

   

1,9 km     Chapelles du bois des Neulettes     (5)  

Il s’agit de la Grande chapelle de la Vierge et de la chapelle Moyenne du Crucifix. Un panonceau mentionne le Grand Tour. Il fait référence à la traditionnelle procession du Grand Tour, instaurée par les moines bénédictins au début du 16e siècle. Au départ de la basilique de Basse-Wavre, elle promène la châsse de Notre-Dame à travers la localité, les prés et les champs. Elle s’arrête aux chapelles et oratoires les plus importants.

Abandonnez alors l’Ancien chemin de Nivelles, de même que vous négligez la promenade du Grand Tour, et virez sèchement vers la droite, juste à la gauche de la grande chapelle. Le beau chemin, rectiligne et sablonneux, traverse des résineux. Il s’incline doucement, puis s’incurvant à gauche, il s’abaisse et passe sous la N25. Au-delà, il marque un coude à droite et s’écarte bientôt de la voie rapide. Il côtoie alors la chapelle dédiée à Notre-Dame-du-Rosaire   

La chapelle Notre-Dame-du-Rosaire fut construite à l'occasion de la prise d'habit d'un des membres de la famille Rousseau de Wavre (1906). La statue qu'on peut y admirer représente la Vierge remettant le rosaire à saint Dominique.

Le chemin empierré, avenue (!) de la Procession aux Reliques, longe la lisière du bois du Tour et la périphérie est de Wavre. Vous atteignez ainsi un embranchement voisin d’une pièce d’eau.

 

1,5 km     Embranchement – Bruyère Saint-Job     (6) 

 

Virez-y à droite pour enfiler aussitôt un sentier qui se faufile entre une propriété et la lisière de la Bruyère Saint-Job. S’écartant de la clôture, la grimpée s’accentue entre des talus sablonneux. Sur le replat, virez à gauche au premier croisement. Vous cheminez alors dans le taillis de la Bruyère Saint-Job. Au croisement voisin d’une imposante bâtisse, bifurquez vers la gauche entre des clôtures. Le sentier débouche sur une petite route. Coude à droite : le revêtement cède bientôt la place à un chemin sablonneux. Au prochain Y (150 mètres avant un pylône relais), continuez sur la branche droite. Le sentier sablonneux s’abaisse et mène à un tunnel sous la N25.    

Au-delà, poursuivez droit devant. Le chemin creux sinue d’abord dans du taillis, puis il entame une dernière traversée dans les ondulations champêtres. Dion-le-Val est en vue. Passé la balise d’une conduite à haute pression, continuez vers la gauche. Le chemin creux saute une dernière bosse et le chemin de l’Épine atteint les premières maisons de Dion-le-Val. Traversée prudente de la chaussée pour rejoindre la place Communale.

 

 

 

2,5 km     Place Communale de Dion-le-Val     (D/A)

 

Conception de l’itinéraire : Alain Schoboboda

Descriptif et photos : Jean-Marie Maquet

 

Renseignements pratiques

 

Restauration : aucun bistrot au cours de cet itinéraire brabançon.

Renseignements : maison du Tourisme des Ardennes brabançonnes : rue de Nivelles, 1 - 1300 Wavre – Tél. 010 23 03 52 – www.mtab.be

 

 



[1] Toutefois, si vous avez parcouru les RB 4 et 7 du Brabant wallon, vous reconnaîtrez, par-ci, par-là, l’un ou l’autre tronçon.